ahmedbensaada.com

Il y a pire que de ne pas être informé: c’est penser l’être

  • Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille
Accueil Société Le Conseil de presse du Québec épingle Djemila Benhabib : blâme sévère pour plagiat et inexactitude

Le Conseil de presse du Québec épingle Djemila Benhabib : blâme sévère pour plagiat et inexactitude

Envoyer Imprimer PDF

 

 

 

L’auteure canadienne d’origine algérienne Djemila Benhabib a été « sévèrement blâmée » par le Conseil de presse du Québec (CPQ) pour plagiat et inexactitude. En effet, dans une décision publiée sur le site du CPQ portant la référence D2015-05-128, on peut lire « Le Conseil de presse du Québec retient la plainte de Mme Odile Jouanneau et blâme sévèrement Mme Djemila Benhabib et Sympatico.ca pour les griefs de plagiat et d’inexactitude. La répétition du plagiat dans les différents articles de Mme Benhabib, une faute jugée grave par le comité des plaintes, motive la décision du Conseil de blâmer sévèrement la blogueuse » [1].

Mme Odile Jouanneau est une journaliste québécoise indépendante qui a déposé une plainte concernant neuf articles publiés en 2014 et 2015 pour les deux griefs retenus ainsi qu’un troisième, pour information incomplète, qui, lui, n’a pas été sanctionné.

Cependant, seul cinq articles ont été analysés. À ce sujet, le CPQ précise, « Devant l'ampleur qu'aurait constitué la tâche d'examiner l'ensemble des cas soumis, et d’un commun accord avec la plaignante, le Conseil a restreint son analyse à cinq articles » [2].

Dans tous les cas, l’analyse a montré que Djemila Benhabib a reproduit mot à mot ou a reformulé des passages appartenant à des auteurs littéraires, des chercheurs ou des intellectuels.

C’est ce qui a justifié la gravité de la sanction étant donné que le « blâme sévère » est la sanction morale la plus lourde que le CPQ peut émettre [3].

 

Cliquez ici pour voir le reportage de Laurent Therrien (Radio-Canada, 26 février 2016)

 

En guise de défense, la plagiaire a déclaré à Radio-Canada : « Je rejette cette accusation-là. Il m'arrive évidemment de noter dans un petit calepin toutes sortes de mots, toutes sortes de phrases pouvant venir de sources différentes et multiples » [4]. Avant d’invoquer un complot ourdi contre sa personne par ses adversaires politiques : « Pourquoi on fait ça? Dans quel but ? Avec quel motif ? Avec quel argent ? Mes adversaires politiques utilisent tous les moyens pour me faire taire ».

Il est vrai que Djemila Benhabib en connait un rayon sur la « théorie du complot ». Ses ouvrages, où la frontière entre « Islam » et « Islamisme » n’est souvent pas détectable, mettent en garde contre une invasion de l’Occident par le « péril vert ». Commentant l’un d’entre eux, au titre explicite « Les soldats d’Allah à l’assaut de l’Occident », le journaliste québécois Marc Cassivi qualifie ce livre de « brûlot catastrophiste sur l'Islam » qui invoque un « grand complot islamiste dans nos chaumières » [5].

Son collègue Patrick Lagacé, a noté, quant à lui, que ce livre « se lit comme l'œuvre d'un hystérique du péril rouge des années 50 recyclé, au XXIe siècle, dans le péril barbu... » [6].

 


Écoutez la chronique de Patrick Lagacé à propos du blâme de Djemila Benhabib - 98.5 FM (le 1er mars 2016)

 

 

 

Il faut dire que l’auteure de « Ma vie à contre-Coran » a occupé l’espace médiatique québécois à chaque fois que l’actualité « sentait la merguez » [7]. Ses « compétences » ont été sollicitées dans des dossiers aussi divers que les minarets suisses, la viande halal, les écoles musulmanes et, bien sûr, le sempiternel voile islamique qu’elle a combattu sur tous les fronts.

D’autre part, ses déclarations à la suite de la sanction du CPQ montrent que l’auteure n’a pas très bien saisi la gravité de ses actes. Dans le monde entier, et en particulier en Occident, le plagiat est considéré comme une faute grave. Toutes les universités ont un code de déontologie qui l’interdit et le punit. À l’université de Montréal par exemple, les sanctions pour plagiat peuvent aller jusqu’à l’exclusion de l’université, voire le retrait du diplôme [8].

 

Djemila Benhabib s'explique au sujet de son plagiat

 

 

Rappelons que l’exposition de Djemila Benhabib sous les feux de la rampe lui ont permis de prétendre à une carrière politique sous la bannière du Parti Québécois (PQ). Elle a été largement battue à deux reprises dans des élections provinciales. Dans la dernière, elle avait été pourtant présentée comme candidate vedette et même pressentie comme ministrable avec tout le battage médiatique que cette prétention impose.

On se rappelle qu’elle avait défendu bec et ongles la fameuse « Charte des valeurs québécoises » qui a été la cause principale du naufrage politique du PQ et de ses membres. Dans un de ses multiples plaidoyers pour cette charte qui visait notamment à exclure le hijab de l’espace public, elle a déclaré : « La charte propose des "valeurs communes", visant à faciliter l'intégration des nouveaux arrivants et à assurer la cohésion et la paix sociales au Québec » [9].

Faudrait-il lui rappeler que l’éthique, l’honnêteté intellectuelle et le respect des droits d’auteurs sont aussi des valeurs universelles communes ? Et qu’elle devrait les respecter scrupuleusement afin de servir d’exemple à ces « nouveaux arrivants » à qui elle semble vouloir donner des leçons ?

 

 

La complaisance de Benoit Dutrizac qui reçoit Djemila Benhabib à propos de son blâme (98.5 FM - le 4 mars 2016)

(Petite familiarité entre "copains", elle finit l'entrevue par "Merci beaucoup, Benoît ")

Cliquez sur l'image pour écouter ce simulacre d'entrevue

 


Références

  1. Conseil de presse du Québec, Décision D2015-05-128, 22 janvier 2016, http://conseildepresse.qc.ca/decisions/d2015-05-128/
  2. Il s’agit des articles : 1) « Face aux naufragés de la Méditerranée, que faire ? » (23 avril 2015) ; 2) « Vers une hausse de la rémunération des députés ? » (20 avril 2015) ; 3) « SVP ! Mettons de côté la partisannerie dans le débat sur la laïcité » (23 janvier 2015) ; 4) « Fondation Louis Vuitton, quelle prouesse ! » (5 janvier 2015) ; 5) « Algérie : une fatwa contre un écrivain » (19 décembre 2014) ».
  3. Laura-Julie Perrault, « Djemila Benhabib blâmée pour plagiat », La Presse, 26 février 2016, http://www.lapresse.ca/actualites/201602/26/01-4955095-djemila-benhabib-blamee-pour-plagiat.php
  4. Jérôme Labbé et Laurent Therrien, « Djemila Benhabib blâmée sévèrement pour plagiat », Ici Radio-Canada, 26 février 2016, http://ici.radio-canada.ca/nouvelles/societe/2016/02/26/003-djemila-benhabib-cpq-conseil-presse-quebec-blame-plagiat-sympatico-chronique.shtml
  5. Marc Cassivi, « Les soldats de Djemila », La Presse, 18 octobre 2011, http://www.lapresse.ca/debats/chroniques/marc-cassivi/201110/18/01-4458322-les-soldats-de-djemila.php
  6. Patrick Lagacé, « La lapidation, c’est mal », La Presse, 20 septembre 2011, http://www.lapresse.ca/debats/chroniques/patrick-lagace/201109/19/01-4449282-la-lapidation-cest-mal.php
  7. Expression empruntée à Al Kanz, « Dounia Bouzar : si les "intégristes musulmans" portent des jeans, c’est par "stratégie" », 19 janvier 2014, https://www.al-kanz.org/2014/01/19/dounia-bouzar-2/
  8. Secrétariat de l’Université de Montréal, « Règlement disciplinaire sur le plagiat ou la fraude concernant les étudiants du premier cycle ». http://secretariatgeneral.umontreal.ca/fileadmin/secretariat/Documents/Reglements/ens30_3-reglement-disciplinaire-plagiat-fraude-etudiants-premier-cycle.pdf
  9. Stéphane St-Amour, « Vibrant plaidoyer pour la charte », Le Courrier de Laval, 28 mars 2014, http://www.courrierlaval.com/Elections-provinciales/2014-03-28/article-3668140/Vibrant-plaidoyer-pour-la-charte/1

 


Quelques exemples de plagiats avérés:

 

Exemple 1 :

« Il faut d'urgence rétablir la démocratie dans ses droits, la laïcité dans toute sa force, et enseigner les valeurs et les principes citoyens à nos enfants. »

Tel que lu dans : SVP! Mettons de côté la partisanerie dans le débat sur la laïcité! par Djemila Benhabib, le 23 janvier 2015

« Il faut d'urgence rétablir la vie dans ses droits, rétablir la laïcité dans toute sa force, et enseigner de nouveau des savoirs réels. »

Tel que lu dans : Brighelli : "Charlie" et la théorie du complot, sur le site du magazine français Le Point, 16 janvier 2015



Exemple 2 :

« Il était en effet évident, pour qui osait regarder la vérité en face, que la disparition du "Guide libyen", loin d'apporter la paix à son peuple le plongerait inévitablement dans un chaos politique sur lequel surferaient des trafics de tous ordres. »

Tel que lu dans : Face aux naufragés de la Méditerranée, que faire? par Djemila Benhabib, le 23 avril 2015

« Il était en effet évident, pour qui osait regarder la vérité en face, que la disparition du "Guide libyen", loin d'apporter la paix à ce peuple, le plongerait inévitablement dans un chaos politique sur lequel surferaient des trafics de tous ordres. »

Tel que lu dans : Naufrage en Méditerranée : le crime de l'Europe, sur le site du Courrier international , le 22 avril 2015

 

 

 


Il faut le faire!

Djemila Benhabib émet un blâme contre le Conseil de presse du Québec!


Réponse du Conseil de presse du Québec:

Lettre ouverte : réponse aux critiques de Mme Benhabib envers le CPQ

 

Réaction du journaliste Mario Asselin (JDM):

La rigueur de Djemila Benhabib

 

Le point de vue de Martin Geoffroy (Huffington Post):

Copier-coller


Cet article a été publié par:

2 mars 2016 - p.17

(Cliquez sur le logo pour lire l'article en format journal)

Pour le lire sur le site du journal


Pour en savoir plus...


Cet article a aussi été publié par:


 


AddThis Social Bookmark Button