ahmedbensaada.com

Il y a pire que de ne pas être informé: c’est penser l’être

  • Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille
Accueil Société Élections au Québec: plus de Charte ni de candidats algériens qui la soutenaient

Élections au Québec: plus de Charte ni de candidats algériens qui la soutenaient

Envoyer Imprimer PDF

 

La soirée électorale québécoise du 7 avril 2014 a été surréaliste. Le Parti québécois (PQ),  formant un gouvernement minoritaire au pouvoir depuis 18 mois a décidé de déclencher des élections pour obtenir une majorité parlementaire. Non seulement, ce parti a subi une cuisante défaite au profit du Parti libéral du Québec (PLQ), mais son leader, Pauline Marois, Première ministre en poste, n’a même pas été élue dans ses « terres »! Le tsunami libéral a permis au PLQ d’obtenir 70 sièges contre 30 pour le PQ alors qu’aux élections précédentes (2012), le PLQ n’en possédait que 50 (contre 54 au PQ).

Cette « raclée » démocratique peut être expliquée en partie par l’inexorable glissement du PQ vers la droite de l’échiquier politique alors, qu’à l’origine, il se revendiquait du centre gauche. Ce glissement s’est récemment accéléré avec la candidature de Pierre-Karl Péladeau, un homme d’affaires milliardaire et magnat de la presse québécois, surtout connu dans le milieu des travailleurs comme « casseur de syndicats ». Présenté comme candidat vedette du PQ, sa venue n’a pas du tout été appréciée par l’électorat ouvrier de ce parti.

Mais ce qui a suscité une énorme levée de boucliers de la part des communautés culturelles et d’un grand nombre de Québécois « de souche », c’est le projet de « Charte des valeurs québécoises » qui a divisé la société. Cette Charte préconisait de manière pédante « l'interdiction du port de signes religieux ostentatoires dans la fonction publique » mais, en réalité, n’avait pour objectif que de bannir le hijab musulman de cet espace. La preuve en est que les actes de violence contre les femmes voilées ont augmenté de manière exponentielle depuis le début du débat sur le sujet alors que les membres des autres religions n’ont rien subi.

Ainsi, pour les pro-Charte, exit les femmes voilées des hôpitaux, des écoles, des universités…

L’opposition à la Charte a vu une mobilisation rare et historique de la communauté musulmane du Québec contre le PQ si on en croit les médias sociaux et les résultats dans certaines circonscriptions.

Il va sans dire que les crispations identitaires telles que véhiculées par la Charte sont l’apanage des partis d’extrême-droite ultranationalistes européens tels que le Front national français (FN), par exemple.

C’est d’ailleurs une des candidates algériennes du PQ qui a ramené au Québec ce débat lepéniste de son exil français. En effet, Djemila Benhabib, puisqu’il s’agit d’elle, a longuement disserté de sa « vie à contre-Coran » et de la fameuse théorie du complot baptisée « péril vert » qui met en scène des « soldats d'Allah à l'assaut de l'Occident » [1]. Ses ouvrages, ses écrits et ses propos ouvertement antimusulmans lui ont ouvert les portes des médias québécois en mal de sensationnalisme et, tout naturellement, celles des hautes sphères du PQ. Malgré le soutien des leaders du parti en personne et en dépit de tous les projecteurs médiatiques dont elle a gracieusement bénéficié, la candidate a été défaite pour la seconde fois en 18 mois. À cette dernière élection, elle a été largement battue par la candidate PLQ qui a obtenu pas moins du double de ses voix!

 

Pauline Marois et Djemila Benhabib


Officiellement présentées comme des femmes d'origine maghrébine « qui défendent la Charte » [2], Yasmina Chouakri et Leila Mahiout ont aussi été candidates du PQ. Quoi de meilleur pour le PQ que d’avoir entre les mains de telles candidates et montrer que « même les  musulmanes » défendent la Charte? Poudre aux yeux de ceux qui veulent bien croire car la réalité est toute autre.

 

Trois candidates du PQ: Leila Mahiout, Yasmina Chouakri et Evelyne Abitbol

Toutes les trois ont été battues


La première « défenseresse » attitrée de la Charte controversée, Yasmina Chouakri, a certainement oublié ses déclarations de 2007 où elle proclamait : «  il faut faire comprendre [aux Québécois] que le voile ne signifie pas soumission de la femme surtout quand il est porté par choix » [3].

 

Déclaration de Mme Chouakri


Il apparaît donc que c’est plutôt le PQ qui lui a fait comprendre l’inverse et, en contrepartie, lui a proposé une candidature « poteau » dans une circonscription montréalaise. Le résultat? Un balayage en bonne et due forme de la candidate péquiste : 23,2% des voix pour Mme Chouakri contre 50,8% pour la candidate du PLQ.

Mme Leila Mahiout, de son côté, a déclaré qu’elle « a toujours épousé les valeurs du PQ » et que « la Charte, c’est très important. Si ce n’est pas le PQ qui passe, la Charte ne sera pas adoptée » [4].

 

Intervention de Mme Mahiout


Eh bien, soit! Mme Marois, Mme Mahiout et toutes les musulmanes « de service » ont été battues et la Charte ne sera pas adoptée. En effet, Mme Mahiout, celle qui a si bien épousé les valeurs du PQ, a été laminée par la candidate sortante du PLQ en obtenant moins du tiers des voix de la gagnante (19,1% contre 60,5%).

Le quatrième candidat d’origine algérienne du PQ se nomme Rachid Bandou. Tout comme Mme Benhabib, il en est à sa seconde élection en 18 mois. Membre actif du Mouvement pour l’autonomie de la Kabylie (MAK) à Montréal, il avait été nommé, en 2011, conseiller du MAK-Canada aux affaires extérieures en relation avec les partis politiques [5].

Le site « Poste de Veille », un site québécois ouvertement islamophobe (dont le slogan est « Pour la liberté, contre la Chariaa »), fait l’éloge de ce candidat : « Rachid Bandou est un Kabyle qui a abdiqué l’islam pour se convertir au catholicisme. Traumatisé par les massacres au nom d’Allah, en particulier les meurtres de moines dans la région de Médéa, où il habitait, il s’est exilé au Québec où il est universitaire. "J’étais musulman et on nous présentait Dieu comme quelqu’un de suprême chargé de surveiller nos moindres fautes, nos moindres gestes, pour nous punir. Je me suis dis que ce n’était pas le Dieu que je cherchais" » [6]. Sur le même site, M. Bandou traite de « l’islamisation forcenée de la Kabylie » : « Les décideurs préfèrent plutôt investir dans la construction de mosquées, des opérations de promotion du Coran dans les écoles et des festivals folkloriques pour des raisons bien identifiées ».

Si les propos rapportés reflètent la pensée de M. Bandou, il n’est pas difficile de comprendre son adhésion à la Charte des valeurs québécoises et à son volet relatif au hijab.

 

Pancarte du candidat Rachid Bandou


M. Bandou a été battu par un des plus gros scores du scrutin provincial : 8,3% contre 82,2% pour le candidat du PLQ, soit plus de 28 000 voix de différence!

Quelles leçons tirer de ces élections et du balayage de ces candidats?

Tout d’abord, le Québec n’est pas la France. Si certaines « sauces politiques » d’extrême-droite prennent dans l’hexagone, rien ne garantit leur succès au Québec. Ensuite, tout candidat issu de l’immigration a besoin de faire corps avec sa communauté. Se battre contre ses aspirations et ramer à contre-courant de ses idéaux ne le mènera qu’à l’échec.

Depuis le 7 avril 2014, je me suis réconcilié avec le Québec avec qui je m’étais brouillé lors du débat sur les accommodements raisonnables.

Depuis le 7 avril 2014, j’ai la conviction que, débarrassés de cette Charte de la division, ma famille et l’ensemble de ma communauté vivront dans une province qui a choisi le vivre-ensemble et rejeté la stigmatisation et l’exclusion de l’autre.

Que périclitent alors les voix de la discorde et que vive le Québec inclusif!


Références

  1. Djemila Benhabib, « Les soldats d’Allah à l’assaut de l’Occident », VLB Éditeur, http://www.edvlb.com/soldats-allah-assaut-occident/djemila-benhabib/livre/9782896493135
  2. Paul Journet, « Trois femmes d'origine maghrébine au PQ pour défendre la Charte », La Presse, 7 mars 2014, http://www.lapresse.ca/actualites/elections-quebec-2014/201403/07/01-4745653-trois-femmes-dorigine-maghrebine-au-pq-pour-defendre-la-Charte.php
  3. Besma TV, « Les maghrébines la Charte et compagnie », Youtube, https://www.youtube.com/watch?v=wR2nUKOFiDM&feature=youtu.be&app=desktop
  4. Youtube, « Intervention de Leila Mahiout à l’assemblée générale annuelle du Centre communautaire multiethnique », 28 mars 2014, https://www.youtube.com/watch?v=OTprcngDXnc
  5. Site officiel du Mouvement pour l’Autodétermination de la Kabylie (MAK), « Procès verbal de la réunion du MAK-Canada », 1er juin 2011, http://www.makabylie.info/?article906
  6. Poste de Veille, « Québec : Rachid Bandou, un homme à connaître », 9 mars 2010, http://www.postedeveille.ca/2010/03/qu%C3%A9bec-rachid-bandou-un-homme-%C3%A0-conna%C3%AEtre.htmlVoir aussi: http://ici.radio-canada.ca/nouvelles/enprofondeur/societe/conversions-religieuses/page.asp#converti-FZMerienne


Cet
article a été publié par le quotidien algérien Reporters, le 10 avril 2014 (pp. 12-13)

Lire l'article en format "Journal"

 


Cet article a aussi été publié par:


 


AddThis Social Bookmark Button